Real time web analytics, Heat map tracking

C.L.A.S.

Centre Liégeois d'Activités Subaquatiques

La faune

Les Poissons

Les Gardons ou Rousses Gardon

Les plus répandu dans le plan d'eau puisqu'ils affectionnent particulièrement les eaux calmes. Ils vivent en bancs et sont très reconnaissable par leurs yeux et les nageoires rouge-orangé.Ils sont la base de nourriture des brochets et peuvent être également la proie des grosses perches.
Le Rotengle, présent en très petite minorité dans le banc des gardons est souvent confondu avec ce dernier.

Les brochets Brochet

Véritables prédateurs. Leur corps est très allongé et les nageoires dorsale, anale et caudale sont très proches les unes des autres, ce qui leur confèrent une grande force de propulsion. La bouche est toujours entr'ouverte découvrant des dents très acérées tout comme le palais en est garnis. Ces carnassiers se nourrissent de poissons, de jeunes oiseaux aquatiques comme les cannetons. Ils affectionnent les eaux calmes et se confondent parfaitement avec la végétation aquatique.

Les Esturgeons Esturgeon

Les différents esturgeons qui peuplent la carrière sont poissons hybrides, 100 % nés et élevés en captivité. Ils sont considérés comme des espèces ornementales et peuvent être ainsi, librement commercialisés sans besoin de certificat de capacité spécifique pour les vendeurs.Il faut savoir que depuis 1998, le commerce international de toutes les espèces d'esturgeons est réglementé par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction).Ils sont peu craintifs et se laissent facilement approcher par le plongeur d'autant plus qu'il est de coutume de les appâter en les nourrissant.
EVITER de vouloir les caresser ou d'essayer de les maintenir : tout contact enlève le mucus protecteur naturel du poisson avec un risque d'infection et le fait de l'enserrer leur procure un stress qui affaiblit leur système immunitaire et les rend encore plus vulnérables aux agents pathogènes présents dans l'eau.
25 esturgeons hydrides ont été introduits à la Gombe, il en reste une douzaine. Les autres ont disparu victime peut être du « harcèlement » de certains plongeurs.

Les Carpes Carpe cuir

Les carpes présents dans ce plan d'eau sont des carpes domestiques issues d'élevage. Les formes domestiques diffèrent de la forme sauvage originelle par un corps plus court, plus élevé et plus large. La carpe commune est recouverte entièrement d'écailles, tandis que la carpe cuir ou la carpe miroir sont des variétés ornementales de la carpe sauvage. La différence des variétés ornementale réside que la carpe cuir peut être dépourvue d'écailles, tout au plus qu'une petite rangée de grosses écailles sous la nageoire dorsale tandis que l'autre présente en plus une rangée sur son flan.Les carpes aiment les eaux dormantes ou stagnantes.Les carpes Koï sont d'origine chinoise (et non du Japon où ils ont une place importante dans leur culture). C'est au fil des siècles, qu'elles se sont parées de couleurs. Elles sont essentiellement herbivores.

Les Perches Perche

Poissons très reconnaissables par leurs 2 nageoires dorsales (la 1ère étant plus courte et épineuse) et par leurs flancs ornés de bandes verticales sombres. Les jeunes perches vivent en banc, plus âgées, elles deviennent solitaires et vivent à proximité du fond.

Les Grémilles Grémille

S'apparente à la perche si ce n'est que les 2 nageoires dorsales se touchent, une antérieure à rayons épineux, une postérieure à rayons mous, les flancs sont plutôt tachetés. Elles se réfugient volontiers dans les anfractuosités des roches.

Les Chabots ou Chaboisseau Chabot

Petits poissons solitaires. Un corps marbré dépourvu d'écailles et surmonté d'une grosse tête aplatie garnie d'une grande bouche. De mœurs nocturnes, ils vivent sur le fond, cachés le jour sous les pierres. Comme la plupart des poissons de fond, ils nagent très mal et se déplacent par petits bonds. Le chabot est un bon indicateur de la pureté et du degré d'oxygénation de l'eau.

Les Anguilles (en attente de photo)

Difficile d'évaluer le nombre présent sur le site. Elles se réfugient dans les anfractuosités des roches.


Les Invertébrés

Les spongilles (éponges d'eau douce) (en attente de photo)

Ce sont des animaux qui se fixent sur des substrats durs comme la roche, les branches d'arbres ou les installations diverses présents dans le plan d'eau ( la cloche, les tuyaux en L ou en S, le silo, l'avion, ... ). En filtrant l'eau, ces animaux immobiles en apparence, captent l'oxygène dissous et les minuscules particules de végétaux.
Ils se présentent sous 2 aspects en fonction de la température de l'eau : à la bonne saison, ils ont une apparence encroûtante ou arborescentes de couleur terme blanchâtre ; lorsque la température est basse, ils se métamorphosent sous forme de gemmules ( = agglomérat de petites boules qui apparaissent à la fin de l'automne afin de passer l'hiver et de se répandre dans le milieu ).

Les moules zébrées ( Dreissena polymorpha) Moule zébrée

Ces mollusques bivalves, originaire de la Mer Caspienne, se nourrissent de plancton par filtration. Considéré comme invasive, elles ont envahi progressivement les écosystèmes d'eau douce.
Elles se fixent à tout substrat par l'intermédiaire de filaments appelés byssus. Ces organismes filtreurs diminuent la turbidité des eaux.

Les anodontes Anodonte

Ce sont les plus grands bivalves d'eau douce d'Europe. Ils vivent et se déplacent lentement sur le fond grâce à un pied unique En tant que filtreurs, ils participent à la purification de l'eau.
Ces mollusques sont convoités par certains poissons comme la carpe.

Les Limnoméduses Craspedacusta sowerbyi

Craspedacusta sowerbyi fait partie de l'embranchement des Cnidaires dont la caractéristique est de posséder des cellules urticantes (à priori n'altérant pas la peau de l'homme). Plus précisément elle fait partie des hydrozoaires dont le cycle de vie est alterné par une phase polype fixée et une phase méduse libre.
On peut les observées en septembre/octobre lorsque la température de l'eau leur est favorable.
Elles se nourrissent de zooplanctons.

Origine du nom : Craspedacusta : du latin (cras) = pour demain, pour plus tard
du latin (pedes) = pied
du latin (custos) = qui garde, qui veille
sowerbyi : en hommage au naturaliste anglais William Sowerby qui découvrit cette espèce.

Cette construction fait allusion à la forme polype = un pied qui garde la forme méduse pour plus tard.

Les Bryozoaires Cristatella mucedo

Cristatella mucedo forme des colonies s'apparentant à des « chenilles ». Chaque individu constituant la colonie possède une couronne tentaculaire ayant pour fonction de capturer les particules en suspension nécessaire à leur nutrition et à la respiration.

Les Ecrevisses Ecrevisse

Les écrevisses à pattes rouges sont une espèce indigène qu'il faut privilégier afin de les préserver. Ils se développent bien pour autant que les eaux ne soient pas trop froides. Leurs mœurs sont nocturnes et pendant la journée ils se réfugient sous les pierres. Durant les périodes froides, elles hivernent et ne se nourrissent pas.
Ne les déranger pas et surtout ne les prenez pas en main.